Le statut d'auto-entrepreneur : pour qui et pourquoi ?

canva, auto entrepreneur

Le statut d'auto-entrepreneur a des avantages certains mais ne convient pas à tout le monde. Petit tour d'horizon de ce statut professionnel qui continue de faire des émules !

canva, auto entrepreneur

Devenir auto-entrepreneur permet de créer son propre emploi et de développer son activité de façon autonome. La liberté que procure ce statut, tente chaque jour de nouveaux auto-entrepreneurs partout en France.

Aujourd'hui appelé micro-entrepreneur, le statut d’auto-entrepreneur donne la possibilité de se lancer individuellement dans un projet entrepreneurial de façon simplifiée.

Pourquoi et comment créer sa micro-entreprise ? Récapitulons, point par point !

1. À qui s’adresse le statut d’auto-entrepreneur ? 

canva, auto entrepreneur

Un statut pour chaque projet.

La micro-entreprise est un régime ouvert à tous : homme, femme, jeune, senior, expérimenté et néophyte dans l'entrepreneuriat. Toutefois, certains profils semblent particulièrement adaptés à la micro-entreprise. 

  • Les étudiants : plein d’énergie et de bonne volonté, l’étudiant peut mettre à profit les connaissances qu’il a acquises à l’école pour développer sa micro-entreprise. Devenir auto-entrepreneur peut lui permettre d’avoir une première expérience dans le monde de l’entrepreneuriat. C’est aussi un bon moyen de mettre le pied à l’étrier dans un marché du travail de plus en plus concurrentiel. De plus, l’étudiant micro-entrepreneur peut utiliser les revenus de son activité pour financer son école ou bien son loyer.
  • Les demandeurs d’emploi : pourquoi ne pas créer son propre emploi ? La micro-entreprise permet de développer son activité professionnelle et de l’exercer de façon indépendante. En devenant micro-entrepreneur, vous êtes votre propre patron. Autre avantage non négligeable, il est possible de cumuler le statut de chômeur avec celui de micro-entrepreneur. De plus, en tant que chômeur, vous pouvez prétendre à différents dispositifs d’aides, comme l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou l’aide à la reprise ou à la création d'entreprise (ARCE), qui sont là pour favoriser le lancement de votre micro-entreprise.
  • Les seniors : l’expérience dont dispose le senior peut être mise à profit pour développer une activité en tant qu’auto-entrepreneur. Bien souvent, le “seniorpreneur” possède un carnet d’adresses conséquent qui peut lui être utile. De plus, cette activité peut générer des revenus complémentaires à sa retraite.
  • Les fonctionnaires ou les salariés : développer son projet en micro-entreprise parallèlement à une activité principale présente de nombreux avantages. Parmi eux, dégager des revenus complémentaires à son salaire mais aussi s’épanouir dans l’exercice d’une activité très différente de son activité principale. À terme, on peut imaginer que le fonctionnaire ou le salarié fasse de son activité entrepreneuriale son activité principale. 

Avec plus de 28% de créations de micro-entreprises entre 2017 et 2018, la micro-entreprise séduit de plus en plus de personnes,

2. Pourquoi choisir ce statut ?

Formalités de création allégées, souplesse dans l’exercice de son activité, obligations comptables simplifiées : le statut d'auto-entrepreneur offre un ensemble de démarches administratives simplifiées. 

canva_statut_autoentrepreneur

Des formalités de création et une comptabilité allégées 

Entreprise rime également souvent avec lourdeur comptable. Un autre atout de taille de la micro-entreprise réside dans un allégement des obligations comptables et fiscales. 

Le régime de la micro-entreprise a été créé par le Législateur pour faciliter et encourager la création d’entreprise. A ce titre, les formalités de constitution de dossier sont bien moins complexes et onéreuses que pour la création d’une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ou d’une société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Le micro-entrepreneur bénéficie du régime fiscal de la micro-entreprise. À ce titre, il doit tenir une comptabilité allégée, impliquant notamment l'absence d'obligation de bilan annuel à présenter, à la différence par exemple de la SASU. Seul l'enregistrement chronologique des recettes et des achats non modifiable est exigé. Il devra ainsi tenir à jour un livre de recettes encaissées et un registre des achats.

  • CA global annuel 

En 2018, le régime auto-entrepreneur a doublé ses seuils.

Le plafond est désormais de 170 000pour les activités de vente (marchandises, objets, consommation à emporter ou sur place), ainsi que pour les activités d'hébergement (hôtels, chambres d'hôtes, immobilier touristique). 

Le plafond est de 70 000pour les professionnels libéraux (BNC) et autres prestataires de services relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

  • TVA

L'auto-entrepreneur peut également bénéficier de la franchise en base de TVA. Cette franchise en base le dispense de la déclaration et du paiement de la TVA sur les prestations ou ventes qu'il réalise (à condition de ne pas dépasser certains seuils : 82 800€ pour l'achat-vente et 33 200€ pour la prestation de services l’année civile précédente). En contrepartie il ne récupère pas la TVA sur ses achats, et ses factures doivent mentionner " TVA non applicable - article 293 B CGI".

  • L'ACRE

Depuis le 1er janvier 2019, en bénéficiant de l'ACRE (anciennement ACCRE), les créateurs ou repreneurs d'entreprise sont exonérés partiellement ou totalement des cotisations sociales santé, retraite, invalidité et prestations familiales.

Tout micro-entrepreneur créateur ou repreneur d'entreprise bénéficie de cette aide si :

- il vient de créer ou de reprendre une activité (avec attestation de début d'activité à l'Urssaf)

-l'exonération est dégressive sur les 3 premières années de l'activité

- si son chiffre d'affaire annuel 2019 ne dépasse pas :

139 738 pour l'activité d'achat-vente

81 048 pour les prestations de services BIC

61 400 pour les professions libérales.

    Un régime souple et flexible 

    L’activité d’auto-entrepreneur peut être exercée, soit à titre principal, soit à titre complémentaire. La flexibilité de ce régime permet d’exercer, par exemple, son activité après une journée de travail en tant que salarié ou fonctionnaire.

    Une large palette d’activités possibles 

    Conseiller financier, pâtissier, graphiste, ingénieur du son, plombier ou encore formateur, sont autant de métiers que l’on peut exercer en tant qu’auto-entrepreneur.

    Ce statut offre une large gamme d’activités : toutes les activités artisanales, la plupart des activités commerciales et certaines activités libérales.

    Certaines de ces activités sont réglementées et nécessitent des qualifications ou des autorisations. Elles peuvent être soumises à des conditions d’accès ou d’exercice telles que les normes d’hygiène et de sécurité. Ce peut être un diplôme, une carte professionnelle ou une homologation pour exercer par exemple le métier de prothésiste dentaire, de ramoneur ou encore de boulanger en micro-entreprise. Le champ est donc particulièrement vaste.

    Seules, quelques activités sont exclues. Par exemple, les activités agricoles rattachées au régime social de la MSA (sécurités sociale agricole), ou bien les activités libérales qui relèvent d'une caisse de retraite autre que la Cipav ou le régime de retraite des indépendants comme les notaires, les huissiers de justice, les avocats etc. 

    En cas de doutes ou de questions, l’équipe d’evo’portail, est à votre écoute. Une assistance administrative et juridique, des outils de facturation sont mis à disposition pour vous accompagner dans votre projet de micro-entreprise.

    La possibilité de tester facilement son produit ou son service 

    Le statut d'auto-entrepreneur peut faire office de “test grandeur nature”. C’est en effet, la possibilité de tester facilement son idée de façon concrète, de vérifier si les produits ou les services sont susceptibles de générer une forte demande sur le marché et ce, à moindre coût.

    L’indépendance et l’autonomie 

    Travaillez à votre rythme, développez et fidélisez votre clientèle : vous êtes votre propre patron ! 

    Conclusion

    Le statut d’auto-entrepreneur est idéal pour qui veut se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Les mots clés de la micro-entreprise ? Liberté, flexibilité, formalités allégées ! 

     

     

    Sources : 

    https://www.economie.gouv.fr/entreprises/statut-entreprise-individuelle

    https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23264

    * Article écrit en collaboration avec le site evoportail.fr

     

    Votre arme secrète pour créer de magnifiques designs