Le Growth Driven Design : définition & méthodes - Canva

canva, growth driven design

Le Growth Driven Design ou GDD est une approche d'amélioration d'un site web à partir des données de navigation et de ses utilisateurs. Un atout au service de l'entreprise, comme de l'internaute.

canva_ux_design_header

Si dans le cadre d’un projet de refonte totale de site internet, vous vous êtes retrouvé face à plusieurs problématiques convergentes (techniques, humaines, financières), peut-être êtes-vous tombé sur cette expression anglaise dont la signification vous a semblé obscure : le Growth Driven Design ou GDD.

Il est dit qu’actuellement, un site sans évolution est obsolète en 3 ans. Le Growth Driven Design permet de rester justement « dans la course » et de s’adapter rapidement aux changements internes et externes, tout en étant au plus près des attentes et besoins de vos clients. Mais on ne va pas vous laisser dans le brouillard ! On vous explique tout !

Comprendre le GDD et son utilité

De manière littérale, on pourrait traduire le GDD comme étant le Design axé Croissance. Reformulé, ça signifie simplement que c’est la croissance qui mène la danse, et qui influence le design.

Présenté comme cela, on peut se dire que c’est du bon sens, c’est pourtant l’inverse qui se fait en général. On prépare un nouveau site Web de A à Z, avec une nouvelle identité graphique, de nouvelles fonctionnalités bien définies, un résultat très précis attendu, et quand ce résultat est atteint et tous les tests passés avec brio, on met le nouveau site en ligne. Derrière cette mise en ligne, des mois de travail qui ont mobilisé aussi bien l’équipe technique, graphique que marketing ; le tout, sans garantie sur le ROI.

On sait déjà qu'il faut tenir compte de l’UI (Interface Utilisateur, autrement dit le design) et que l'UI doit être service de l’UX (Expérience Utilisateur), sans quoi cela peut perturber l'approche globale de votre projet. Un mème très célèbre illustre d'ailleurs ce risque de perturbation avec beaucoup d'humour :

canva, Growth Driven Design, design UX

Le célèbre mème qui illustre la différence entre le Design et l'Expérience Utilisateur

L'image fait sourire, mais si vous appliquez cette logique à votre site web, vous pourriez bien rire jaune. En effet, il y a toujours le risque d’avoir mobilisé toutes ses ressources sur un résultat qui au final, ne sera pas le meilleur pour l’expérience de vos clients. Quelle perte de temps et d’argent ! C’est là que le Growth Driven Design (GDD) entre en jeu.

Le Growth Driven Design est une méthodologie grandement utilisée dans le cadre d’une stratégie d’Inbound Marketing. En effet, l’Inbound Marketing se concentre sur l’expérience utilisateur et la génération de leads.

  • Mettre l’utilisateur au centre des décisions

Contrairement au webdesign traditionnel, le GDD est un processus itératif et continu. En cela, il est très proche des principes AGILE, et très en vogue depuis quelques temps.

Chaque itération permet de tester, d’apprendre et d’adapter sa stratégie marketing et son design quasiment en temps réel, dans un objectif d’amélioration continue. Étroitement imbriqué à l’UX, le GDD place le visiteur au centre de toutes les décisions qui seront prises. Son fonctionnement est particulièrement simple et plein de bon sens, et pourtant les entreprises peinent à changer leur façon de procéder pour s’adapter au mieux à leurs besoins.

canva, growth driven design, design

La méthode du Growth Driven Design

Voici la méthode « classique » du développement d’un site en suivant les principes du GDD.

  • Etape 1 : Etablir un plan 

Le premier mois de développement sert à produire un MVP (Minimum Viable Product), à savoir un site avec les fonctionnalités de base.

  • Etape 2 : lancement

Après avoir établi la stratégie et la liste des fonctionnalités nécessaires, on lance le développement sans tarder. Le but est de mettre en ligne rapidement quelque chose de fonctionnel pour pouvoir commencer les cycles suivants.

  • Etape 3 : observer et partager

Etudier et suivre les comportements utilisateurs, échanger avec sa communauté.

Chaque cycle permettra de développer des améliorations continues et se déroulera en suivant plusieurs phases : Établir un plan, Développer, Apprendre et Partager.

  • Etape 4 : synthèse mutualisée

La dernière étape est la moins commune et mérite de s’y arrêter. Il s’agit de partager les informations tirées des étapes précédentes avec les différentes équipes, qu’elles soient techniques, marketing et commerciales. La mutualisation des connaissances et enseignements est indispensable au bon fonctionnement du Growth Driven Design.

Les limites de risque

Voici le schéma de vie habituel ou classique d’un site internet : vous lancez notre nouveau site web. Ensuite, vous le laissez vivre tranquillement durant 2 à 3 ans. Au bout de ce laps de temps, il est bien entendu dépassé, vous lancez donc un projet re-fonte qui durera environ 3 mois. La nouvelle version est en ligne, le cycle des 2 à 3 années recommence. Puis revient le moment de faire une refonte : voici la troisième version de votre site web en ligne. Et ainsi de suite …

Sauf que le grand avantage d’un support digital, c’est qu’il est itératif, vous pouvez donc le faire évoluer autant que vous le souhaitez durant toute sa durée de vie !

Et vous le savez, le marketing digital évolue très vite et les tendances et habitudes des internautes changent à un rythme beaucoup plus soutenu que 2 à 3 ans.

L’approche itérative induit par le Growth Driven Design consiste à construire un support simple et efficace puis à l’enrichir progressivement, par itération. Plutôt qu’une refonte tous les 2-3 ans, vous faites des mises à jour au fur et à mesure, tout au long de la vie de votre site.

Chaque changement sera étudié, analysé, puis valider ou bien encore améliorer.

En pratique, comment faire ?

D’un point de vue technique, l’approche Growth Driven Design peut sembler compliquée : on fait appel à une agence pour développer le site internet. Comment le faire évoluer ensuite ?

Les CMS, qu’ils soient open source (WordPress, Joomla, Drupal, ...) ou propriétaires (créés par une agence ou proposés sous forme d’abonnement) permettent justement de gérer et de faire évoluer un site internet sans nécessiter de compétences en développement.

La plupart des CMS sont livrés avec des constructeurs de pages (aussi appelés Builders), qui permettent de créer le webdesign de nouvelles pages et d’y inclure le contenu. Ainsi, il est très simple pour un service marketing de faire évoluer le site internet.

WordPress est vivement conseillé pour cette raison : rien n’est gravé dans le marbre. La plupart du temps, vous pouvez mettre à jour votre site une fois par mois. Parfois ce ne sont que de petites mises à jour (on change une couleur, un bouton, un texte) et parfois on ajoute de nouvelles landing pages, de nouvelles fonctionnalités, etc.

Cette approche permet donc d’être à la fois maître de son site et d’être agile en fonction des tendances et habitudes des internautes.

Voilà pour ce qui relève des bases du Growth Driven Design. Retenez bien cette dernière chose avant de vous lancer :  la réflexion GDD doit absolument se réaliser en amont de la création de votre site internet !

 

Article rédigé par Guillaume Guersan, freelance en Marketing Digital

Votre arme secrète pour créer de magnifiques designs