Entreprise : 10 modèles de réussite qui vont inspirer l'entrepreneur qui est en vous !

entreprise-top-success-story

Qui n’a jamais rêvé de tout plaquer pour se lancer dans la belle aventure qu’est l'entrepreneuriat ? Modèles de succès et de prospérité, on vous dit tout sur ces français qui réussissent !

canva- entreprise- motivation

Larry Page, Bill Gates, Steve Jobs, on entend constamment parler de ces figures de réussites américaines. On finirait presque par croire qu’il faut partir, voyager  ou être un as du développement web pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Pourtant, certains Français ont su tirer leur épingle du jeu et n’ont absolument rien à envier à leurs homologues étrangers ! Des dizaines d’entre eux connaissent en ce moment même une ascension fulgurante et une immense réussite. Des centaines d’autres sont en train de faire mûrir une idée qui aboutira sans nul doute sur une magnifique histoire d’entrepreneuriat.

Chez Canva, nous sommes certains que des tas d’idées vous trottent dans la tête depuis un bon moment. Vous avez peur ? Vous n’osez pas vous lancer ? S’il n’existe malheureusement pas de formule magique quand il s’agit de réussir dans l’entrepreneuriat, une chose est sûre, il faut y croire. Offrez-vous les moyens de réaliser vos rêves ! Soyez passionnés par votre projet, remettez-vous perpétuellement en question pour évoluer et surtout ne doutez jamais de vous.

Dans cet article vous découvrirez plusieurs modèles de réussite pour vous inspirer et vous donner l’envie d’entreprendre ! Nous vous fournirons également des conseils afin de vous aiguiller et pouvoir démarrer votre activité en toute sérénité.

01. Trouvez un concept innovant et surtout précurseur

La première étape avant d’entreprendre, est de trouver LE concept. Celui auquel personne n’a encore pensé et qui vous permettra de vous démarquer face à tous vos concurrents.
Marc Simoncini, animé par l’innovation et la découverte, a été pionnier dans plusieurs domaines. Il a surfé sur la vague du Minitel et d’internet à leurs débuts. La vente de ses premières sociétés lui a permis de gagner 192 millions d’euros ! Toujours désireux d’entreprendre, le fondateur décide de lancer sa startup Meeticen 2001 alors que très peu d’acteurs sont présents sur le marché.

C’est lors d’un repas entre amis qu’il songe à concevoir une plateforme en ligne qui aiderait à mettre en lien des célibataires. « Je me suis dit que si trois personnes sur quatre étaient dans le même cas, le marché devait être potentiellement énorme… et j’ai créé un site de rencontre » déclare-t-il à Web Succès Story. C’est par la communication moderne et axée sur les femmes que Meetic a su se démarquer. Petit à petit, celles qui étaient peu nombreuses sur les sites de rencontres se sont senties en sécurité et ce dernier a connu un franc succès.

Actuellement, la plateforme est toujours leader sur le marché avec un chiffre d’affaires qui a atteint 115 millions d’euros en 2016. Cette même année, Marc Simoncini a été référencé dans les 500 fortunes de France avec un capital de 200 millions d’euros d’après Challenges. Qui sait, demain ce sera peut-être vous ?

capture d’écran de la page d’accueil du site Meetic

02. Imaginez des solutions aux problèmes que vous rencontrez quotidiennement

Pour définir votre concept, il suffit parfois de trouver des solutions aux problèmes que vous et votre entourage rencontrez chaque jour. Dites-vous que si quelque chose vous gêne au quotidien, c’est sûrement la même chose pour des milliers d’autres personnes ! C’est le constat qu’a fait Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi.

En 2008, elle est en charge d’organiser le week-end d’intégration de son école de commerce. Elle se demande alors : « Comment réunir les participations de tous les élèves en vue de financer le week-end ? » confit-elle à Maddyness dans un interview.  C’est grâce à ce simple questionnement qu’est née Leetchi, la première plateforme de cagnotte en ligne.

Remarquez comme une seule question a déterminé son futur projet et tracé sa carrière professionnelle. Vous admettrez pourtant qu’il n’y a rien de très  complexe ! Ce concept fonctionne principalement car il répond à une problématique récurrente pour une grande partie de la population : il n’est jamais simple de récolter l’argent d’un groupe de personnes. La solution était donc de proposer aux utilisateurs la création d’une cagnotte, permettant aux internautes invités de payer directement en ligne. Le petit plus ? La possibilité de choisir l’objet de cette collecte : anniversaire, voyage, humanitaire, pot de départ ou encore solidarité. Cette liste ne cesse d’ailleurs de s’allonger !

Aujourd’hui, une personne sur deux a entendu parler de Leetchi. Pas moins de 7 millions d’utilisateurs ont déjà créé leur cagnotte ! Le site est présent dans 150 pays avec plus de 500 millions d’euros collectés. L’entrepreneuse a décidé de vendre 86 % des parts de sa société au Crédit Mutuel Arkéa, pour plus de 50 millions d’euros, nous rapporte Les Echos. Céline Lazorthes demeure néanmoins très active chez Leetchi puisqu’elle en reste salariée et dirigeante à temps plein. Pas mal non ?

canva - entreprise - motivation - leetchi
capture d’écran de la page d’accueil du site Leetchi

03. Suivez votre intuition et surtout gardez confiance en vous

canva - entreprise - motivation - fotolia
capture d’écran de la page d’accueil du site Fotolia

Faites-vous confiance et croyez en vos capacités, c’est une des clefs du succès de l’entrepreneuriat. N’écoutez pas ceux qui vous disent que vous n’y arriverez pas ! Donnez vous les moyens de réaliser vos rêves, au placard la procrastination ! Comme le disait Cédric Kayembe :

« C’est le verbe vouloir qui fait vivre le verbe pouvoir. Quand on veut, on peut »

Thibaud Elziere et Oleg Tscheltzoff ont commencé par fonder la société Amen, spécialisée dans l’hébergement internet. En 2004, ils cèdent leur solution à l’entreprise britannique Claranet pour un montant de 26,4 millions de dollars d’après le site silicon.fr.

Un an plus tard, ils lancent Fotolia, une banque d’images libres de droits mises à la vente. Si la plateforme est aujourd’hui leader sur le marché européen, ses débuts ont pourtant été difficiles. « Nombre de mes associés pensaient que le site n’allait jamais décoller et qu’il valait mieux s’arrêter. Mais j’ai persévéré jusqu’au moment où le nombre de clients s’est mis à augmenter grâce au bouche-à-oreille » raconte le fondateur Oleg Tscheltzoff à dynamique-mag.com dans une interview. L’entrepreneur n’a donc jamais baissé les bras malgré les avis extérieurs, et il a bien fait !

Les deux associés ont maintenant vendu leur entreprise au géant Adobe, pour un montant de 800 millions de dollars d’après L’usine Digitale. De quoi leur laisser libre champ pour créer une nouvelle société à succès ou simplement prendre leur retraite sur une île déserte.Pour le moment, Oleg Tscheltzoff s’est reconverti en business angel et donne la chance à plusieurs startups d’évoluer rapidement en les finançant. Qui sait ce qu’il prépare encore...

04. N’ayez pas peur d’être chauvin, osez le Made in France

canva - entreprise - motivation - le slip français
capture d’écran de la page d’accueil du site Le Slip Français

Votre idée est folle ? Complètement décalée ? Et bien tant mieux ! Promouvez ce que vous aimez, ce qui vous fait vibrer. N’ayez pas peur de mettre en avant votre ville ou pays, le tout c’est de savoir pousser le concept à fond et jusqu’au bout.

Leur nom de marque fait sourire, voire rire : Le Slip Français. Guillaume Gibault, le créateur, a su surfer à merveille sur la grande tendance du « Made in France » ! L’idée est pourtant née tout à fait au hasard d’une soirée. Il assure qu’il peut vendre n’importe quel produit tant qu’il est fait en France. L’un de ses amis le met donc au défi de vendre des slips. Pas si fumeuse que cela, l’idée fait rapidement son chemin dans la tête de l’entrepreneur.

Guillaume Gibault décide d’axer toute sa communication et son positionnement sur des sous-vêtements réalisés artisanalement, dans la plus grande des traditions. Toutes les pièces sont bien entendu fabriquées en France. La qualité est elle aussi mise en avant. Il faut tout de même en moyenne compter 30 € pour un slip ! Ils s’adressent donc à une cible plutôt aisée. C’est également grâce à leur communication jeune, fun et décalée que la marque a su se faire connaître. Vous avez peut-être déjà aperçu un de leur célèbre détournement. Lors d’une campagne présidentielle, ils ont notamment transformé l’accroche de l’affiche du candidat François Hollande en : « Le changement de Slip, c’est maintenant ». Le contenu a fait beaucoup rire et a été extrêmement relayé sur les réseaux sociaux.

Le Slip Français ne cesse d’élargir ses cibles avec de nouveaux produits, comme ceux destinés à une nouvelle clientèle féminine par exemple. Ils diversifient aussi leurs gammes : slips, pulls, pyjamas ou encore bonnets sont désormais disponibles sur leur plateforme e-commerce ! Chaque lancement de produit est accompagné d’un storytelling extrêmement travaillé, pour le plus grand plaisir des internautes. Le fonds d’investissement Experienced Capital Partners fonde énormément d’espoirs sur la marque puisqu’il y a tout de même investi 8 millions d’euros. Plusieurs boutiques physiques ont vu le jour dans de nombreuses villes comme Paris, Aix-en-Provence ou Hong Kong. Une affaire qui roule !

05. Lancez-vous, même sans un sou en poche. Le monde vous appartient !

canva - entreprise - motivation - bricohe doree
capture d’écran de la page d’accueil du site de la Brioche Dorée

N’ayez pas peur de vous lancer dans l’entrepreneuriat, surtout si vous craignez de ne pas avoir les fonds nécessaires. Gardez à l’esprit que certains entrepreneurs ont démarré avec quelques euros en poche et ont réussi à bâtir de véritables empires.

C’est le cas du breton Louis Le Duff, fondateur de l’enseigne la Brioche Dorée. Parti de rien, il se forme à la gestion pour devenir enseignant puis maître de conférences. Friand de nouvelles expériences, il décide d’ouvrir son premier commerce à l’âge de 37 ans (on en profitera pour noter qu’il n’y a pas d’âge pour se lancer).

Mais le plus intéressant dans l’histoire de cet entrepreneur, c’est qu’il a débuté avec seulement 1 500 € ! Ce n’est pas sans peine qu’il a débuté avec si peu d’argent, puisque le créateur de la Brioche Dorée a dû attendre 5 longues années avant de pouvoir se dégager un salaire. Ce n’est qu’à ce moment-ci qu’il a pu quitter son poste d’enseignant pour se consacrer entièrement à son enseigne. L’entrepreneur, souhaitant s’étendre à l’international, a lancé sa première franchise Brioche Dorée. Il a misé sur l’engouement des étrangers concernant la restauration française et ne s’est pas trompé. En quelques années, il rachète plusieurs grandes chaînes comme le Fournil Pierre, Del Arte ou encore le Timothy’s Café qui font du groupe un leader mondial !

Fier de son entreprise et de tous ceux qui l’ont accompagné, il déclare au Figaro : « J’ai démarré avec l’équivalent de 1500 euros. Ma seule richesse, c’était les hommes qui étaient à mes côtés ». C’est pourquoi il a aujourd’hui cédé gracieusement des parts de sa société à plus d’une vingtaine de cadres de son entreprise. Le reste est détenu principalement par sa famille. Le fondateur a maintenant 71 ans mais n’a pas dit son dernier mot ! À la tête d’une fortune de plus de 2 000 millions d’euros, il n’est pas prêt de rendre son tablier !

06. Associez-vous pour profiter d'une plus grande palette de compétences

Chacun a son domaine de compétences, s’associer les uns aux autres permet d’avoir plus de cordes à son arc. Pas besoin de faire appel à des prestataires externes, tout est internalisé. Ce qui réduit drastiquement les coûts de lancement. Puis, vous avouerez que démarrer un projet seul peut faire peur, alors qu’à deux on commence déjà à se sentir plus fort ! Jacques-Antoine Granjon est le fondateur principal de Vente Privée, leader de la vente événementielle de grandes marques sur internet. Une des clefs du succès de cette plateforme est due à sa solide association avec 7 autres personnes. C’est en puisant dans les compétences et l’énergie de chaque élément de l’équipe, qu’ils ont réussi à créer des relations privilégiées avec chaque marque !

canva - entreprise - motivation - vente privée
capture d’écran de la page d’accueil du site Vente Privée

Rapidement leader sur le marché, les associés de la firme décident d’étendre le concept à l’Europe, puis à l’échelle mondiale. Précurseur de la vente dégriffée en ligne, des plateformes concurrentes commencent à voir le jour. Vente Privée va racheter les plus prometteuses, comme Privalia, eBoutic ou encore Vente-Exclusive, afin d'asseoir sa position sur le marché. Du nouveau en 2018 ? Le journal du net nous rapporte qu’un nouveau marketplace va voir le jour, regroupant cette fois des ventes permanentes et non plus événementielles ! Vente Privée n'a donc pas fini d’innover et d’étonner ses internautes par la même occasion.

L’entreprise compte déjà plus de 60 millions de membres avec pas moins d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel selon Web Success Story. Jacques-Antoine Granjon apparaît en 49ème position au classement des 500 plus grandes fortunes de France du magazine Challenges. Son capital est tout de même estimée à 1 600 millions d’euros ! Ses associés Michaël Benabou et Julien Sorbac sont respectivement 130ème et 141ème au même classement avec entre 600 et 650 millions d’euros en leur possession ! Vous aussi vous commencez à vraiment avoir envie de tenter l’aventure de l’entrepreunariat ?

07. Prenez le temps d'imaginer un concept et d'élaborer votre projet

canva - entreprise - motivation - blablacar
capture d’écran de la page d’accueil du site Blablacar

Il est important de prendre le temps de monter son projet. La phase d’élaboration de votre concept ne doit donc pas être mise de côté car elle est déterminante pour la suite. Frédéric Mazzella, fondateur de Blablacar, a bien compris que la patience doit être de mise quand on souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat. Tout a commencé lors de ses études en Californie où il découvre le covoiturage. Il existe là-bas des voies bien moins embouteillées, dédiées aux véhicules qui transportent plus d’une personne : les « carpool lanes ».

De retour en France, il désire rentrer en Vendée dans sa famille pour Noël. Il tente de prendre un train, mais tous sont pleins et il ne trouve aucune place pour retourner chez lui. Déçu, il décide alors de chercher un covoiturage, mais là aussi, impossible. C’est à ce moment précis que l’entrepreneur qui sommeille en lui se réveille. Tout devient limpide : il souhaite lancer sa startup de transports en covoiturage.

L’idée est simple mais elle doit arriver à maturation. Le fondateur va alors travailler tous les soirs et week-ends sur son concept, en parallèle de ses études. Ce n’est que deux ans après qu’il décide d’intégrer l’Institut européen d’Administration des Affaires afin de professionnaliser son projet. Mais Frédéric Mazzella ne sera en temps plein sur le sujet que deux années plus tard, avec son associé Francis Nappez. Il s’est donc écoulé 4 longues années avant qu’ils se consacrent entièrement à Blablacar !

Ce qui est sûr, c’est que ce temps passé n’a pas été en vain. D’après le webzine Marketing Professionnel, la croissance de l’entreprise est aujourd’hui en croissance de 150 % par an. Blablacar est implanté dans pas moins de 10 pays dans le monde. Une levée de fonds de plus de 21 millions d’euros vient d’être effectuée pour continuer de se développer à l’étranger d’après Madyness. L’entreprise n’a donc pas fini de grandir et d’augmenter son capital. On a hâte de connaître la suite...

08. Détournez vos passions en projets extraordinaires

canva - entreprise - motivation - mylittle paris
capture d’écran de la page d’accueil du site My Little Paris

Un des critères de réussite dans l’entrepreneuriat, c’est d’aimer ce que vous faites et surtout d’y croire. Lancez-vous dans un domaine que vous connaissez et chérissez depuis toujours ! My Little Paris est né de l’union de deux sœurs : Fany et Amandine Péchiodat. Toutes deux sont amoureuses de Paris et animées par l’envie de partager les bonnes adresses qu’elles dénichent. Au départ, elles envoient quelques mails sans grande prétention à 50 de leurs amis. En un mois, la liste de contacts s’étend à 1 000 personnes, puis à 10 000 au bout de 6 mois. Leur contenu devient viral et elles ne cessent de s’améliorer. Ce qui n’était qu’un simple partage entre amis se transforme vite en une belle histoire d’entrepreneuriat ! Fany continue de dénicher sans relâche de nouveaux lieux tandis qu’Amandine rédige les newsletters à envoyer aux abonnés.

Rapidement, les deux sœurs doivent trouver un moyen de se diversifier. « La créativité est un muscle, il faut l’exercer » explique Fany dans une interview au magazine Au Féminin. Elles décident donc d’étendre leur concept à plusieurs villes avec My Little Marseille et My Little Lyon. Ainsi qu’en fonction des cibles, en créant My Little Kid et My Little Wedding. Mais les deux entrepreneuses ne se sont pas arrêtées sur leur lancée !

Elles ont également co-écrit trois livres qui se sont vendus à des centaines de milliers d’exemplaires : Le Paris secret des Parisiennes ; Les Parisiens, ce qu’ils disent, ce qu’ils font, ce qu’ils pensent et Les mots qui manquent aux Parisiens. Leur dernière création en date est la My Little Box, reçue chaque mois ; elle est composée de produits de beauté, accessoires et autres cadeaux.

Les sœurs Péchiodat réussissent donc tout ce qu’elles entreprennent. La newsletter My Little Paris a maintenant plus d’un million de fidèles abonnés ! D’après 1001 startup, Au Féminin a racheté la société à 60 % pour près de 24 millions d’euros. De quoi nous laisser rêveurs quelques minutes…

09. Fédérez votre communauté pour avancer ensemble

Dans l’entrepreneuriat, être entouré d’une communauté est très important. C’est elle qui vous fait vivre, parle de vous et vous permet de grandir !

canva - entreprise - motivation - heetch
capture d’écran de la page d’accueil du site Heetch

Tout le monde connaît Heetch, cette société de transports partagés à prix réduits. Fondée par Teddy Pellerin et Mathieu Jacob en 2003, l’application fonctionne seulement la nuit de 20h à 6h du matin. En 4 mois, les deux associés lancent leur application et voient le nombre d’usagers grandir de façon exponentielle. Ils orientent leur communication vers les jeunes qui n’ont pas les moyens de payer un véritable taxi et sortent beaucoup la nuit. Les fondateurs rendent service à leurs utilisateurs qu’ils fédèrent à travers leurs campagnes d'influence.

L’année dernière, la plateforme Heetch s’est vue condamnée pour l’illégalité de ses services. Pas de façon définitive, mais les internautes se sont mobilisés sur les réseaux sociaux. Plusieurs messages ont été relayés tel que “Si un jour je me fais agresser parce que j'avais pas assez d'argent pour rentrer autrement qu'en transport en commun, ça dérange pas? #heetch ou #Heetch permet aux jeunes de banlieue de rentrer chez eux passé 1h du mat, ce que les taxis et la RATP refusent de faire !”. L’entreprise a très vite sollicité ses internautes afin de signer une pétition pour la réouverture du service. Ils ont récolté plus de 80 000 signatures.

Heetch c’est 300 000 membres dont 150 000 actifs au quotidien d’après Numerama. En 2016, c’est à dire avant leur condamnation, leur chiffre d’affaires était de plus de 1,7 millions d’euros. La plateforme ne cesse de se développer à l’étranger. L’application est maintenant disponible dans plusieurs villes d’Europe comme Bruxelles, Varsovie, Milan ou encore Stockholm.

10. Misez votre succès sur une communication moderner et décalée

canva - entreprise -motivation - michel et augustin
capture d’écran de la page d’accueil Michel et Augustin

Outre le fait d’avoir un concept absolument génial, vous devez tout miser sur une communication qui déchire. Décalée ? Hilarante ? Innovante ? Loufoque ? Tout est permis quand il s’agit de communiquer sur sa marque et de plaire à ses internautes. Augustin Paluel-Marmont et Michel de Rovira, comme leurs noms l’indiquent, sont les créateurs de Michel et Augustin. Ces deux amis d’enfance ont réalisé leurs études de commerce ensemble.

Animé par la flamme entrepreneuriale, Augustin lance sa première startup d’analyses de données. Très vite déçu du comportement de ses associés et de la vie professionnelle en général, il revend ses parts. Puis, se forme en hâte au métier de boulanger. Désireux de reprendre une activité d’entrepreneuriat, mais cette fois avec un ami, Augustin fait part de son idée à Michel. Emballés par le concept, les voilà tous deux en train de créer leur marque : Michel et Augustin. Ils misent tout sur une gamme de produits plus chère que les autres, certes, mais composée d’ingrédients de haute qualité. La transparence de leur fabrication ainsi que leur composition sont deux aspects importants. Dans cette optique, ils simplifient les étiquettes de tous leurs paquets pour le plus grand plaisir des consommateurs !

Le design de leur site et les packagings sont totalement décalés et humoristiques. Les personnages Michel et Augustin y sont mis en scène dans des histoires délirantes. Leur communication est festive, joyeuse et fédératrice. Leur accroche en dit long sur le ton fun et moderne qu’ils emploient : « Les trublions du goût ». Leur façon de communiquer est d’ailleurs devenue leur marque de fabrique !

« Notre chiffre d’affaires 2016 est d’une cinquantaine de millions d’euros, avec une croissance à deux chiffres cette année encore en France » raconte Augustin Paluel-Marmont à Capital. La marque est aujourd’hui dans plus de 8000 enseignes et a conquis l’Amérique petit à petit. Comme quoi, un concept agrémenté d’une super communication peut faire des miracles !

 

→ Les français n’ont pas fini de créer, d'innover et d’exceller dans le domaine de l’entrepreneuriat. Et si le prochain à briller c’était vous ?